Alcool

SUBSTANCE

L’alcool éthylique (C2H5OH) est obtenu par fermentation de sucre de fruits et/ou de céréales.

Présentation: boissons avec divers taux d’alcool. La bière contient entre 3 à 9%, le vin 9 à 14% et les spiritueux comme la vodka/le gin 15 à 40 % ou comme le rhum jusqu’à 80 % d’alcool.

Formes de consommation: l’alcool est consommé comme boisson et ajouté à des plats ou des aliments.

Dosage: les boissons standard contiennent environ 12gr d’alcool pur (pour 3dl de bière ou 1dl de vin ou 2cl (4cl) de spiritueux). La concentration d’alcool dans le sang en pour mille (‰) dépend de la quantité d’alcool consommée, du type d’alcool, du rythme de consommation ainsi que de facteurs individuels (âge, sexe, poids).

EFFETS

L’alcool stimule, détend, désinhibe et euphorise. A doses plus élevées, il ralentit la capacité de réaction, conduit à se surestimer, favorise la loquacité, produit irritabilité et agressivité. Après consommation excessive: maux d’estomac, nausées et maux de tête (gueule de bois).

Début de l’effet du produit: c’est après 30 à 60 minutes que l’alcool atteint son niveau le plus élevé dans le sang (alcoolémie).

Durée des effets: en moyenne, l’organisme élimine 0.1-0,15‰ d’alcool par heure. En raison de leurs enzymes, les hommes éliminent un peu plus vite que les femmes.

Durée des effets secondaires: jusqu’à plusieurs heures.

RISQUES ET EFFETS SECONDAIRES

Troubles de l’équilibre et de la parole, troubles de la vue (vision double, effet tunnel) et nausées. Le danger d’accident est très élevé car il conduit les usagers à se surestimer et diminue leur capacité visuelle et de réaction. A très hautes doses (3 à 4‰) , pressions artérielle élevée, hypo- ou hyperthermie, sommeil profond, coma, mort.

Attention! le “binge drinking“, c’est à dire la consommation de grandes quantités d’alcool dans un temps très court (dès 2 boissons standard/heure), fait augmenter rapidement et fortement la teneur en alcool dans le sang, ce qui conduit à augmenter le risque d’intoxication alcoolique. Les conséquences d’une intoxication alcoolique sont: état comateux, suppression des réflexes vitaux (risque d’étouffement en cas de vomissement, risque d’hypothermie par temps froid). Des crises d’épilepsie peuvent être déclenchées. Risque accru de thrombose, de pressions artérielle élevée (ou de basse pression), de dépressions respiratoire et de mort cardiaque subite.

Risques à long terme: l’alcool peut provoquer une dépendance avec des symptômes psychique et physique. Si l’apport régulier d’alcool est soudainement interrompu, les symptômes typiques de sevrage apparaissent: agitation, tremblements, nausées et vomissements. Conséquences possibles d’une consommation soutenue et régulière: dommages à l’ensemble des organes, troubles du système nerveux et de la mémoire. L’alcool est un co-carcinogène, c’est à dire qu’il renforce nettement l’action cancérigène d’autres substances (comme la fumée de la cigarette par ex.)!

« SAFER USE »

  • Ne bois pas par ennui ou parce que tu vas mal.
  • Ne bois pas d’alcool l’estomac vide.
  • Evite de mélanger différents types de boissons alcoolisées et bois de l’eau (un verre d’eau pour chaque boisson alcoolisée).
  • Attention avec les alcopops et mélanges maison. On ne sent pratiquement pas l’alcool, le risque de surdose involontaire est donc important.
  • Renonce à la consommation d’alcool lors de la consommation d’autres substances. L’alcool modifie l’effet des substances ou entraine des effets secondaires dangereux (par ex., GHB + alcool = danger d’asphyxie (étouffement!).
  • Qui boit ne conduit pas – utilise les transports publics, prends un taxi ou va à pied.
  • La consommation  d’alcool durant la grossesse constitue un risque pour l’enfant à naître. Des graves conséquences peuvent en résulter.
  • En cas de rapport sexuel sous l’influence d’alcool, respecte les règles du safer sex.

Attention en cas de mélange avec: LSD, champignons (psilocybine), DMT, inhibiteurs MAO, MDMA.

BON À SAVOIR

L’absinthe (fée verte) est de nouveau légale en Suisse depuis le 1er mars 2005. Ce spiritueux fort en alcool (le plus souvent 50-70% de volume) contient de la thujone, une substance qui provient de l’utilisation de la plante de la grande absinthe (Artemisia absinthium) pour sa production. Ensemble avec la principale substance active (l’alcool), la thujone peut stimuler et en partie multiplier des effets d’altération de la consciene. Aussi bien en Europe qu’en Suisse, des valeurs limites claires sont définies (max. 35 mg de thujone par kg d’alcool). Les concentrations dans les absinthes illégales ne sont en vérité pas classées comme dangereuses pour la santé. La prudence reste toutefois de mise en cas d’usage chronique aussi bien que par potentialisation de l’absinthe avec de l’huile de grande feuille d’absinthe. Une surdose de thujone se manifeste par des crampes et des symptômes ressemblant à ceux de l’épilepsie.

Source: Drugs-Just say Know

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s

%d bloggers like this: